Bien être

Êtes-vous un génie ?

êtes vous un génie

Vos proches vous reprochent souvent d’être trop stressé·e, trop étourdi·e ? Vous ne vous sentez pas très à l’aise socialement et préférez être seul·e ? Vous pensez trop et cela vous rend malheureux·se ?
Et si vous étiez un·e génie ?

Si vous vous reconnaissez dans chacun de ces 7 signes, il est fort probable que vous soyez un·e génie qui s’ignore. Alors, qu’attendez-vous ? Lisez tout pour en savoir plus sur vous !

Vous êtes étourdi·e

étourdi

Vous avez un système de rangement bien à vous, c’est le moins que l’on puisse dire. Votre logique échappe à tout le monde… Sauf aux autres génies comme vous ! Votre bazar ambiant s’accorde bien avec votre tête en l’air… qui sont les conséquences de votre mental éparpillé. Vous avez la capacité de pouvoir vous concentrer sur plusieurs choses en même temps. Faire une seule chose à la fois ? A quoi bon quand on peut en faire trois en même temps ! Vous pouvez suivre le programme télé, bouquiner tranquillement et espionner une conversation qui a lieu à l’autre bout de la pièce.
Point positif : vous élargissez constamment vos horizons et vous êtes multi-tâches. Plus il y a de choses à faire, plus vous êtes heureux·se ! Vous êtes créatif·ve et voyez plus large que la plupart des gens.
Point négatif : vous êtes vite épuisé·e et/ou vous avez du mal à terminer un projet. Plus il y a de choses à faire, plus les choix s’imposent. Difficile, car vous voudriez tout faire ! Mais parfois, il faut ralentir et se concentrer un peu pour faire les choses correctement.
Conseil : jouez aux échecs !

Vous vous parlez souvent à vous-même

moi

Vous vous parlez souvent à vous-même ? Non ? Vous êtes sûr·e ? Allez, vous pouvez tout me dire… Ha ha, je le savais ! Mais non, vous n’êtes pas schizophrène… Vous êtes sûrement un·e génie ! Bien des études l’on démontré : le fait de se parler à soi-même est l’expression d’une intelligence supérieure.
Le saviez-vous ? Se parler à soi-même diminue le stress, donne un coup de pouce au niveau cognitif (permet de se rappeler des choses facilement) et aide à se concentrer sur la tâche que l’on est en train d’accomplir. Alors, n’hésitez plus : parlez-vous ! Et dîtes-vous des mots doux… (Voir l’article le pouvoir des pensées positives)

Vous souffrez d’anxiété sociale

social

Mieux vaut être seul·e que mal accompagné·e, ça, vous l’avez bien compris ! Si bien que même lorsque vous êtes bien accompagné·e, vous vous trouvez mieux… Seul·e. Dans le cas extrême, vous souffrez d’anxiété sociale. Cela peut être dû à votre QI élevé. En effet : vous sur-analysez constamment votre environnement. Que va-t-il se passer ? Qu’est ce que les gens pensent de moi ? Que vont-ils répondre si je dis ça ?… Cela est très anxiogène. Vous le savez, et pourtant, vous ne pouvez rien y faire !

L’anxiété sociale est un terme qui englobe de nombreux traits, attributs et comportements. Les causes de cette anxiété sont nombreuses. Si vous en souffrez, il est préférable d’en parler à un médecin afin de connaître la cause exacte de cette anxiété.

Vous avez tendance à être sarcastique

sarcasme

Le sarcasme nécessite une certaine intelligence et une bonne gymnastique d’esprit. Des études ont trouvé un lien entre le sarcasme et la créativité : l’humour sarcastique nécessite plus de réflexion et d’ouverture d’esprit que d’autres humours. Egalement, il favorise la conceptualisation.

Souvenez-vous cependant que l’on peut rire de tout, mais pas avec n’importe qui ! Le fait d’être un génie du sarcasme n’excuse pas tout : veillez à ne pas blesser les autres avec des blagues incomprises.

Vous pensez trop et vous vous inquiétez tout le temps

over

Vous sur-analysez toujours tout. Votre cerveau surchauffe H24 : vous créez des scénarios plus vite que votre ombre, vous imaginez ce que les autres pensent et comment ils pourraient agir dans telles ou telles situations, vous lisez constamment entre les lignes même quand il n’y a pas besoin… En bref, vous pensez trop et cela vous pourrit la vie. Au lieu de vous la couler douce comme ‘les autres’, vous êtes constamment en souci. Vous avez toujours trois ou quatre coups d’avance, ce qui a le don de vous angoisser !
Vous vivez constamment dans le passé (pourquoi j’ai dit ça, pourquoi il a agit comme ça, j’aurais du faire ça…) ou dans le futur (je devrais faire ça, je dirai ça s’il me répond que…, que va-t-elle penser si…). C’est très anxiogène puisque vous ne pouvez pas changer le passé ni deviner le futur ! Vous perdez alors tout contrôle. Le fait de tout analyser vous bloque dans le passé ou le futur et vous empêche de vivre pleinement l’instant présent.
Et pourtant, l’instant présent peut être tout ce que vous voulez : heureux, décontracté et agréable…
Ah la la, avoir un cerveau de génie n’est pas de tout repos !

Vous aimez veiller le soir et vous coucher très tard

veille

Allez vous coucher à l’heure des poules ? Trop peu pour vous, merci ! Il y a tellement de choses à faire et trop peu de temps dans une journée, alors, pourquoi ne pas déborder un peu sur les heures de sommeil ? Des études sur les enfants l’ont montré : les ‘couche-tard-s’ sont plus intelligents que les ‘couche-tôt-s’ !

Le saviez-vous ? Les nouvelles technologies influent beaucoup sur notre rythme de sommeil. Les stimuli constants et la recherche d’informations nous poussent à rester devant les écrans jusqu’à très tard en ignorant la fatigue. Nous sommes bien loin des temps où nous étions en harmonie complète avec les cycles du soleil et de la lune !

Vous préférez les chats aux chiens

toutou

Vous avez un chat à la maison ? Dites-moi… Vous ne seriez pas un·e génie, par hasard ? Des études ont montré que les personnes préférant les chats étaient plus intelligentes que les amoureux des toutous. Elles seraient également plus ouvertes d’esprit, plus introverties et plus susceptibles…
Vous pouvez bien entendu avoir un toutou à la maison et être un·e petit·e génie ! Le choix de votre animal de compagnie dépend surtout de votre personnalité.

Alors, génie ou pas génie ? Dîtes-le moi dans les commentaires, sur Facebook ou en bas de cet article !

Céline

cerveau

Laisser un commentaire