Bien être

Les bienfaits d’une crise existentielle

crise

Aujourd’hui je souhaite vous parler d’une période qui est, d’après moi, trop souvent accusée d’être uniquement négative. Cette période s’appelle la crise existentielle, ou la crise de vie. Cette crise peut survenir à n’importe quel âge, à n’importe quel moment de l’année et à n’importe quelle heure. Elle peut également toucher tout le monde… Personne n’est à l’abri !

Un individu subit plusieurs crises plus ou moins importantes dans sa vie, et chacune de ces crises induit en lui des changements de sa perception des événements et des choses. Une crise de la vie peut être déclenchée par un changement corporel (adolescence), une prise de conscience, une séparation, un deuil, une perte d’emploi, un accident, une catastrophe… Ce changement soudain engendre une tension nerveuse chez l’individu, qui permettra son adaptation à la nouvelle situation.

La plus connue est la crise d’adolescence, pendant laquelle le pré-ado change physiquement et mentalement et est bouleversé par ces changements brutaux. Il doit se réadapter à son ‘nouveau’ corps, à son nouvel environnement (passage de l’école au collège, puis du collège au lycée), à son nouvel entourage (nouveaux amis, nouveaux professeurs, nouvelles règles…). Sans cette adaptation, l’enfant ne peut ‘devenir un adulte’. Imaginez un peu un ado qui refuse catégoriquement de s’adapter à son nouvel environnement et qui préfère continuer à vivre avec ses habitudes d’enfant… NON MERCI !
Figurez-vous que les crises existentielles touchent aussi les adultes ! Eh oui, eux aussi ont besoin de se ré-adapter après un changement brutal. Ce n’est pas parce que l’on est adulte que l’on est à l’abri des catas !

Une période de crise est très difficile à vivre : l’individu qui la traverse est profondément bousculé, il n’a plus de repère, ne se sent plus à sa place et doit impérativement trouver un moyen d’adaptation afin de retrouver un équilibre. On a tendance à ne voir que le côté négatif des crises de vie, et pourtant, elles sont toutes un passage très important dans la vie d’un individu. Je le compare à la mue d’un reptile.

Voyons ensemble toutes les opportunités qu’offre une crise existentielle.

Débarrassez-vous des illusions

illusion

Une crise de vie brise la réalité de l’individu. Cela peut être très perturbateur : l’individu perd tous ses repères et tout semble s’écrouler. Pourtant, c’est une chose très positive que de remuer un peu son monde ! Nous construisons notre réalité à partir de ce que nous voyons, de ce que nous entendons, de ce que nous apprenons, mais aussi de ce que nous croyons voir, de ce que nous croyons entendre, et de ce que nous croyons apprendre. Mettre notre réalité à rude épreuve est une très bonne façon de distinguer ce qui s’est écroulé de ce qui est resté intact sous les décombres. A partir de maintenant, vos décisions ne se feront plus en fonction de vos idéaux ou de vos principes vieux de x ans, mais plutôt en fonction de ce que vous voulez à l’instant présent. Alors… Vous commencez à voir à quel point les poids des boulets à vos pieds étaient lourds ? Ca fait du bien de se sentir libre, n’est-ce pas ? Et ce n’est que le début du voyage…

Faites place à la nouveauté

Vos croyances et votre perspective de la vie ont été ébranlées. Vos principes sont eux aussi remis en question. Ne vous concentrez pas sur la perte de vos repères, mais plutôt sur la place que vous avez pour faire entrer de nouvelles perspectives dans votre esprit. Elargissez votre vision des choses, partez à l’aventure, goûtez aux choix et à la multitude de possibilités pour votre futur. Laissez-vous porter par le courant, puisque les chaînes qui vous amarraient autrefois vers le bord du fleuve sont brisées.

Surpassez vos peurs

démons

“Tu te réveilles tous les matins pour combattre les démons que tu as quitté, épuisé·e, la nuit d’avant. Et ça, mon amour, ça s’appelle du courage.”

Ca y est, le pire est arrivé. Mais regardez-vous… Vous êtes toujours vivant·e ! C’est la preuve qu’il est tout à fait possible de continuer à vivre même si ce que nous considérions comme “pire” nous est tombé sur le nez. Vous voilà face à vos plus grands démons. C’est le moment de préparer vos armes : vous n’allez pas les fuir toute votre vie ! Tentez tout : fouinez dans votre enfance pour trouver la pièce manquante du puzzle, plongez au plus profond de vous-même et explorez-vous. Trouvez le point faible de vos démons et écrasez-les, ne vous laissez plus écraser à cause de vos points faibles.

Préparez votre renaissance

phénix

La crise par laquelle vous passez peut s’apparenter à une mort : vous ne vous reconnaissez plus, tout semble vide et détruit autour de vous : il est temps de tout reconstruire. Vous devez renaître, à l’image du phénix qui renaît de ses cendres. J’ai une question à vous poser : préférez-vous renaître dans un environnement désagréable, chaotique et triste, ou bien dans un environnement stable, propre et plein d’espoir ? Le deuxième, oui. J’en étais sûre. Alors, qu’attendez-vous pour faire un peu de ménage ? Débarrassez-vous de toutes ces choses détruites, toxiques, dont vous n’avez plus besoin. Préparez-vous un nid douillet pour que votre “nouveau vous” passe ses premiers jours agréables. Chouchoutez-vous. N’ayez pas peur du changement : il est essentiel. Il n’a pas été provoqué pour rien. Et de toutes façons, vous ne pouvez plus revenir en arrière.

Débarrassez-vous de votre vieille peau

lézard

Quand je vous disais que les crises existentielles s’apparentent à la mue d’un reptile…
Si la crise de vie par laquelle vous passez peut être plutôt douce, vous n’aurez pas à passer par l’étape ci-dessus (la préparation de votre nid). Cependant, lors de n’importe quelle crise, vous aurez besoin de faire partir votre vieille peau. Il est temps de changer vos habitudes, de vous débarrasser de celles qui ne vous correspondent plus et de faire place aux nouvelles. Il en va de même pour vos pensées, vos actes et vos réflexes ! Vous débarrasser de votre vieille peau vous rendra plus souple avec vous-même et avec les autres et aidera votre ‘nouveau vous’ à s’épanouir. Il a besoin de place : votre peau doit être élastique ! Il est nécessaire de vous synchroniser avec la partie la plus profonde de vous-même : celle qui fût dévoilée par votre crise.

Adoptez la force du roseau

“Le roseau plie mais ne rompt pas” Jean de la Fontaine.
Les crises de la vie testent votre résistance. C’est là que vous devez montrer votre force tranquille : pliez, mais ne rompez pas. Acceptez le changement, mais ne le voyez pas comme une fatalité. Initiez vous à votre ‘nouvelle vie’ et mesurez votre force. Ne devenez pas trop agressif·ve, pas trop mou·molle non plus. Votre peau doit être souple (débarrassée de la vieille peau) et votre force doit être intérieure. Garder une peau rugueuse pour cacher un coeur d’artichaut est un pari risqué !

Ouvrez-vous à l’amour

amour

Réconciliez-vous avec vous-même, avec votre passé et avec les autres. Pour surmonter votre crise, l’amour sera indispensable. Vous devez impérativement lui ouvrir la porte de votre coeur.
Il est important de s’aimer soi-même au lieu d’attendre l’amour des autres. Votre entourage peut certes vous donner de l’amour et vous réconforter, mais ce il doit pas être votre seule source d’amour. Aimez-vous vous-même, c’est le seul moyen d’avoir de l’amour en vous 24h/24 et 7j/7 sans être dépendant·e d’autrui !

Et surtout… Faîtes-vous confiance !

Ok, ok. C’est totalement contre-intuitif de faire confiance à la vie lorsque tout s’écroule. Et pourtant, c’est le meilleur moment pour se laisser bercer par les montagnes russes. Faîtes confiance ! Qu’avez-vous à perdre ? Plus vous résisterez et plus ce passage de folie sera désagréable. Imaginez-vous au milieu d’une mer agitée : plus dur vous lutterez, plus vite vous gaspillerez votre énergie et votre souffle. Vos muscles se raidiront et vous perdrez tout espoir. Tandis que si vous vous laissez aller sur les flots, vous allez vous détendre et économiser votre force. Vous pourrez même profiter du voyage !

Ces deux derniers conseils sont les plus difficiles à appliquer. C’est là que réside le défi de la crise existentielle. Aimez-vous, ayez confiance en vous et voyez votre personne comme la seule stabilité. Lorsque vous serez votre propre bouée de sauvetage, je peux vous assurer que vous n’aurez plus peur de rien. Pas même des requins… Mais si, croyez-moi : il vous suffit de construire une bouée très résistance et tout se passera bien.

Ne voyez pas la crise existentielle comme une chose terrible et effrayante. Percevez-la comme une seconde chance, car c’est ce qu’elle est.

force

A très bientôt !
Céline

Laisser un commentaire