Superstitions et croyances

Les Yakshas

yaksha coloré avec ses gros yeux

Bonjour, laissez-moi vous présenter les Yakshas, découverts lors de mon voyage en Asie. Ce nom fait référence à la famille d’esprit de la Nature, issu de la culture Asiatique. Les Yakshas, sont les gardiens des trésors enfouis dans la terre généralement sous les racines des arbres ou les rivières.

Apparence des Yakshas

Les Yakshas possèdent de gros yeux bombés globuleux avec de gros crocs dépassant de leurs bouches. Ils portent une moustache sinueuse, une barbe et une oreille aux bords abimés. Sur leurs têtes se dressent un chignon et un diadème. Ils ont aussi une arme à la main.

trois statues de yakshas aux couleurs différentes

Un esprit au double visage

Le Yaksha est présent dans de nombreux temples en Asie, c’est une sorte d’esprit issu de la mythologique indienne.

À première vue, il parait amusant mais derrière son apparence colorée, le Yaksha est un grand espiègle. Il aime faire du mal aux hommes simplement pour se divertir.

Dans plusieurs contes indiens, on lit qu’un Yaksha kidnappa un enfant, un autre agressa une femme. Un troisième déroba toutes les récoltes de multiples villages.

Néanmoins, certaines légendes racontent qu’ils ont découverts de grands trésors, guéris des maladies et apportés la paix entre plusieurs peuples. Ce sont aussi de redoutables guerriers à l’allure imposante qui protègent les hommes des autres démons.

Ainsi, ils sont considérés donc comme des êtres doubles tantôt bons, tantôt mauvais.

De nombreuses statues en leur honneur

statues de yakshas sur le temple à Bangkok en thaïlande

En Thaïlande, de nombreuses statues à leur effigie ornent les temples puisqu’ils éloigneraient les mauvais esprits des monuments sacrés. Pour certains, les Yakshas sont considérés comme des esprits protecteurs et porte bonheur. Pour d’autres, ce sont des ogres puissants et capricieux qui peuvent s’en prendre aux hommes sans raison.

Aujourd’hui, les gardiens de temples servent même à effrayer les enfants s’ils désobéissent à leurs parents, comme nos ogres en Europe.

Céline.

Laisser un commentaire

dix-sept − 2 =