Divination

Le Tshivenda


elephant

L’Afrique, berceau de l’Humanité, est également le berceau de nombreuses pratiques spirituelles et arts divinatoires dont le Tshivenda.

Les origines du Tshivenda

A l’origine, le Tshivenda était une technique de guérison traditionnelle venant du territoire de Modjadji, la reine de la pluie. Ce territoire se trouve sur la frontière du Zimbabwe et de l’Afrique du Sud. Les tribus africaines utilisaient cet oracle afin de diagnostiquer des maux physiques et psychologiques et de les guérir au plus vite et au mieux.

Comment interroger le Tshivenda

Afin d’interroger le Tshivenda, il faut lancer les cinq pierres qui constituent l’oracle par terre en posant la question pour laquelle nous souhaitons avoir la réponse. Sur chacune des pierres est gravée une figure, qu’il est nécessaire de savoir interpréter afin de connaître la réponse à notre question.

L’interprétation du Tshivenda

L’interprétation du Tshivenda se fait en deux phases.

* La première consiste à déterminer et interpréter le nombre de pierres tombées côté face.

Lorsqu’une seule pierre tombe côté face, le Tshivenda annonce le début d’une action, une initiation, et/ou un avertissement, et d’éventuelles perturbations.
Lorsque deux pierres tombent côté face, l’oracle indique une dualité. Il recommande de prêter une attention particulière à nos relations avec les autres.
Lorsque trois pierres tombent côté face, le Tshivenda nous demande de peser le pour et le contre de la situation avant de nous lancer.
Lorsque quatre pierres tombent côté face, cela indique que nous devons apprendre à faire une croix sur le passé.
Lorsque cinq pierres tombent côté face, le Tshivenda annonce un épanouissement. Nous aurons bientôt les clés du succès en main. Mais attention ! Il est très important de pouvoir faire face à la réalité et de ne pas se voiler la face.
* La seconde étape consiste à interpréter les figures visibles des pierres.

Griot : c’est le messager. Il indique la parole, les forces occultes, les nouvelles découvertes.
Jambar : c’est le guerrier. Il indique une épreuve à surmonter afin d’atteindre la puissance et la réalisation de nos ambitions.
Mashona : c’est le Patriarche. Il symbolise l’impartialité, le rejet des meurtres, la juste récompense.
Oduboa : c’est la déesse-mère. Cette figure symbolise et recommande la patience et la finesse d’analyse.
Signare : c’est la jeune fille. Cette figure indique l’innocence, de nouveaux échanges, la curiosité et la découverte.

afrique

Laisser un commentaire

quatre × trois =