Bien être

Être à l’écoute

yoganice_la_lecon_de_l_elephant

Bonjour / Bonsoir à tous !

Aujourd’hui je souhaite vous faire partager une de mes réflexions sur l’importance de l’écoute.
Il y a quelques jours, j’attendais une amie à la terrasse d’un café. Je m’installais alors confortablement en attendant sa venue. Autour de moi les tables étaient remplies. J’étais alors au beau milieu d’une petite bulle crée par le le brouhaha des conversations diverses et des verres qui s’entrechoquent. A mes côtés se trouvaient deux femmes, la quarantaine, qui devaient certainement se retrouver après des années passées sans se voir. Je l’ai constaté car leur conversation était rythmée par des « alors, depuis le temps, qu’est ce que tu deviens ? » « Qu’as-tu fais finalement après la fac ? » « Tu as combien d’enfants ? » « Tu habites toujours Paris ? » « Oh, tu es mariée ! C’est également dans mes projets…  » et j’en passe. J’ai pu également remarquer que, tout le long de leurs retrouvailles au café, l’une d’elles parlait vraiment beaucoup. Je veux dire, elle monopolisait clairement la conversation. Son amie en face essayait parfois de placer quelques phrases par-ci par-là, en vain. Au bout d’une demie heure, elle pris carrément son téléphone portable et le pianotait discrètement, entre deux soupirs d’exaspération. A ma grande surprise, elle garda le sourire et resta polie. Quel sang froid ! C’est ainsi que, pendant plus d’une heure, une des femmes (que l’on pourrait presque qualifier de moulin à paroles) récita un monologue intitulé « moi-je ». Je ne sais pas si les deux femmes sont restées en contact, ni leurs sentiments après ces retrouvailles.

charlatan

Pour ma part, j’ai trouvé ça vraiment dommage que les deux femmes n’aient pas eu un temps de parole égal. L’une n’a peut-être pas assez écouté l’autre. Bien sûr, je ne peux pas juger si cela aurait été meilleur, ou si la femme plus silencieuse avait vraiment besoin de parler, mais cela m’a fait réfléchir sur l’importance de l’équilibre du temps d’écoute et du temps de parole dans une conversation. Evidemment, il n’est pas question de se chronométrer ! Mais j’estime qu’il est important de tenir une conversation équilibrée en temps de parole et d’écoute.

Ainsi, voici quelques réflexions sur l’importance de l’écoute inspirées de citations.

Savoir écouter est un art.
Epictète

Et plus encore ! Ecouter, c’est accepter, accueillir, donner. Accepter l’Autre tel qu’il est, sans jugement.
Accepter son rythme de conversation, accepter son besoin de se livrer, et accepter de laisser tomber nos tracas pour lui donner du temps.
Accueillir autrui, c’est le laisser être lui-même, c’est ne pas chercher à finir ses phrases, ne pas contrôler ses paroles ni son débit. C’est lui offrir du temps, une oreille grande ouverte et un esprit bienveillant. C’est le respecter.
Donner du temps. Oui. Le temps nous est très cher, en offrir est un acte très généreux.

parler-ecouter

Ecoute avant de parler, mâche avant d’avaler.
Proverbe éthiopien

Ecouter, c’est aussi ressentir. Savoir écouter l’Autre est très important. Savoir quand il est temps pour nous de parler demande une attention particulière. Ressentir et comprendre les ambiances nous permettra de prendre la parole au bon moment sans brusquer. Il est clair que certains sujets de conversations ne sont pas toujours les bienvenus. Prenez exemple sur cet ami, qui parle tout le temps et qui change de sujet de conversation toutes les 5 minutes. En plus, ces sujets n’ont rien à voir les uns avec les autres ! Cela chamboule l’ambiance et l’on reste sur sa faim. Cela engendre les montagnes russes au niveau de nos émotions et les plus timides qui n’ont pas encore osé prendre la parole on raté le wagon. Être à l’écoute de l’Autre, c’est aussi être à l’écoute des ambiances et ne pas écouter que soi.

21_ecouter

Egalement, parler lorsque le silence s’installe n’est pas toujours nécessaire : il est parfois bon d’écouter le silence. Les participants à la conversation peuvent ainsi se retrouver dans leur intimité et réfléchir à ce qui vient d’être dit. Les plus timides prendront (peut-être) la parole plus facilement si le silence est marqué : ainsi, ils seront certains de ne pas être coupés. (Evidemment, si le silence vous met mal à l’aise, c’est une autre histoire…)

silence

‘Parfois, le silence est vraiment une très bonne réponse.’

Le commencement de bien vivre, c’est de bien écouter.
Plutarque

Avez-vous remarqué que, lorsqu’une conversation est équilibrée, on se sent bien. On a bien parlé et également : bien écouté. On se sent mieux. Pendant un instant, nous avons créé la stabilité et l’équilibre sans se poser de question. Equilibrer son temps de parole et son temps d’écoute, c’est connaître nos besoins, les exprimer et les coordonner avec celui de notre interlocuteur. Ainsi, nos besoins respectifs sont comblés.
Nous nous sommes confiés et nous avons permis à autrui de se confier également. Bien écouter l’Autre c’est lui permettre d’être lui-même et, parfois, de se décharger émotionnellement. Ainsi, nous nous rendons utiles et participons au bien-être d’autrui. Avec cela, notre karma ne peut être que meilleur ! 😉

Balance

Bien écouter, c’est presque répondre.
Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux

Exactement. Parfois, notre interlocuteur a, en fait, besoin de s’entendre pour trouver les solutions à ses problèmes. Cela renvoie un petit peu à la psychanalyse. Le fait de s’entendre parler permet de prendre du recul et/ou de comprendre que finalement, nos préoccupations ne sont pas si stressantes.
Mais ne nous oublions pas ! Si les paroles de notre interlocuteur virent un peu trop au « moi-je », et/ou au monologue, et que nous avons besoin de parler, faisons-le savoir. Poliment et calmement, mais faisons-le savoir tout de même. L’équilibre est de mise pour une bonne conversation.

Céline

savoir_ecouter_mag_banner

Laisser un commentaire

deux × 5 =